phedre
phedre
précédent
  • phedre
  • © Guillaud
suivant

PHÈDRE

D'après Jean Racine avec des textes d'Eugène Durif

Pauvre petite fille perdue.
A essayer de mourir cette nuit pour un inaccessible amour.
Ou bien à coucher avec un homme. Le premier venu. N'importe lequel.
Elle a bu, fumé, vomi.
Des souvenirs, des bribes de phrases apprises par coeur coulent de ses lèvres. Une pièce lue à l'école.
Phèdre " Ciel ! Que vasi-je dire, et par où commencer ? "
Qui n'a pas essayé un jour de tuer en soi-même l'amour de sa vie ?

Darash : en hébreu, chercher, scruter, interpréter. " Le terme désigne le fait de scruter la Thora pour sans cesse en actualiser le sens à la lumière du moment présent. Par ailleurs le mot " midrash " désigne le résultat de cette activité exégétique. C'est un acte que l'on dit oralement lié à un texte décrit." Gérard Mordillat in Corpus Christi.

Pour l'acteur l'action physique devrait être sans lien aucun avec la parole qui, elle, est l'expression de l'esprit. Corps-Eros à la dérive, constation et réflexion de la pensée. Stigmates. Faire des Alexandrins un langage organique.

Je me décide pour un choeur de femme. Cinq femmes et deux hommes.
Il y a la pornographie. Le sacré et la pornographie. Une liturgie pornographique.

Impuissance. Désir de mort, de sexe. Frustration, désarroi.
Toute personne qui ne sait sublimer son désir d'amour est dangereuse pour la société. Mais aussi l'amour comme processus d'aliénation. Phèdre entre ombre et lumière. Lieu théâtrale par excellence.
Phèdre entre silence et parole. Sujet du théâtre par essence.
Dégout exhibitionniste.

Parfois elle confond Hippolyte avec Thésée ; et réciproquement. Ainsi elle peut s'adresser à l'un en pensant que c'est l'autre ; et puis elle appelle son père et sa mère à tout bout de chant, tout haut, comme si ils étaient là. Et puis, elle fait devant tout le monde des choses que d'habitude on ne fait pas ou alors oui mais tout seul devant la glace de salle de bain. Alors on pourrait croire qu'elle est folle dans ces moments-là.
Elle est comique.

Trézène et Ouistreham.
Au café du port, j'y attends mon monstre marin.
Le supplice de l'amour.

Eric Lacascade, Note de travail.

TELECHARGER :
Dossier de création
Dossier de reprise

Mise en scène : Eric Lacascade Collaboration artistique : René Chéneaux Costumes : Antoinette Magny Son : Joël Migne Lumière : Thierry Sénéchal Avec : Daria Lippi, Ismène, Panope
Murielle Colvez, Théramène, Panope
Frédérique Duchêne, Oenone
Nora Krief, Phèdre
Eric Lacascade, Thésée
Christelle Legroux, Aricie
Eric Louis, Hyppolyte Production : Centre dramatique de Normandie-Comédie de Caen, Les Ateliers Contemporains Avec le soutien : du Théâtre des Ateliers de Lyon


REVUE DE PRESSE