© Brigitte Enguérand
© Brigitte Enguérand
précédent
  • © Brigitte Enguérand
  • © Brigitte Enguérand
  • © Brigitte Enguérand
  • © Brigitte Enguérand
  • © Brigitte Enguérand
  • © Brigitte Enguérand
  • © Brigitte Enguérand
  • © Brigitte Enguérand
suivant

REVUE ROUGE

Ce sont des chansons révolutionnaires, des brûlots, écrits ou composés par Bertolt Brecht, Hans Eisler, Paul Vaillant-Couturier, Arthur Honnegger, Darius Milhaud, et parfois par des oubliés, des anonymes. Ces chansons nous émeuvent et nous mettent en mouvement, collectivement. Un hymne peut avoir une vraie influence sur le déroulement de l’histoire, sur l’évolution des moeurs. Il y a des oeuvres savantes et des chansons flagrantes. Elles traversent les continents et libèrent la parole. Ces chansons rouges, prolétariennes, engagées, militantes, Norah Krief et David Lescot, les ont chantées, enfants, lors de colonies de vacances «progressistes». Alors ils ont mis leurs souvenirs en commun ; puis les ont comparés avec le passé politique d’Éric Lacascade, et leur répertoire s’est encore élargi. Ce manifeste donne une suite au travail entamé depuis quelques années sur la chanson en concert, après Sonnets de Shakespeare (2002-2004) et la Tête ailleurs sur des textes de François Morel (2004-2006), puis
Irrégulière (2008) autour des sonnets de Louise Labbé.

Nombreux sont ceux qui se reconnaissent dans ces chansons et sont sensibles à leur sens de la révolte et de l’indignation. Certains de ces textes peuvent apprendre à envisager le monde social autrement, à revigorer une certaine conscience morale ; d’autres libèrent le ressort des luttes, une énergie qui peut faire à nouveau trembler le monde à la première occasion. Restituer en concert ces chansons engagées, l’actualité fera le reste.

Chant  : Norah Krief Mise en scène : Eric Lacascade Conception et direction musicale : David Lescot chant, trompette et guitare électrique : David Lescot piano : Frédéric Fresson basse, contrebasse : Philippe Thibault batterie : Flavien Gaudon son : Olivier Gascoin Production déléguée : Théâtre National de Bretagne – Rennes avec l'aide d' : Alain Lewkowicz


REVUE DE PRESSE